La non-affaire Bozonnet (remarques)

Quelques remarques en complément du billet sur « Cerca blogue! »:

– dans mon billet Bozonnet précédent, je disais que la décision du ministre devrait ouvrir les yeux de ceux qui voyaient dans la décision de MB un acte de l’establishment chiraquien. En l’écrivant je me suis dit que c’était leur supposer un peu naïvement de l’honnèteté intellectuelle. Les billets cités ci-dessus confirment ma naïveté. « Larbinage« , alors que c’est pour défaut de larbinage que Bozonnet a été puni: un bon larbin aurait compris qu’une décision à conséquences politiques comme la déprogrammation, même si dans le périmètre de ses missions, il ne pouvait la prendre qu’avec l’autorisation de son maître.

– dans l’un ou l’autre des billets cités (commentaire chez Assouline), on envoie un missile de sarcasme en frappe préventive sur une pétition de soutien à Bozonnet, pour l’instant inexistante (voir début du billet – mais on peut toujours aller signer le texte d’Olivier Py: « Le droit de dire non », je pense), sans doute parce qu’on lui soupçonne une légitimité.

– réécouter le débat du 14 juillet avignonais diffusé en début de cet après-midi sur France-Culture (pas facile de retrouver le fichier audio; le débat est ici, avant la lecture d’Elfriede Jelinek) où Marcel Bozonnet s’explique simplement et où Georges Banu dit des choses centrales depuis son expérience de Roumain, d’ex-sujet de Ceaucescu (en passant si on a beaucoup parlé du soutien d’Elfriede Jelinek à Handke, il a été moins remarqué que MB bénéficie du soutien du prix Nobel chinois Gao Xingjian, qui lui aussi en sait un bout sur les régimes dits socialistes). Jean-Pierre Vincent compare le poids de la responsabilité de l’administrateur de la Comédie Française à celui de l’hôte de Matignon (et je me dis in petto qu’on passe à l’hôte de Matignon des conneries autrement lourdes).

– l’autre soir, comme j’apprenais à C. le limogeage de Bozonnet, il me demandait avec incrédulité: « Mais pourquoi? ». Son étonnement témoigne selon moi de la méconnaissance (générale et non personnelle) de deux réalités:
* la réalité de la position de la diplomatie française sur les Balkans: les pro-serbes ont raison de dire que la France s’est alignée sur la position européo-américaine pour des raisons de real-politik et non en conviction et sous la pression des faits. Une grande partie, peut-être la majeure partie, de l’establishment diplomatique, politique et culturel (dans l’ordre décroissant) est restée pro-serbe (au sens de pro-Milosevic).
* la réalité du fonctionnement de l’Etat français (voir plus haut).

– enfin, je découvre un billet ancien et pertinent sur l’affaire Handke / Bozonnet sur un blogue qui globalement défend des idées fort éloignées des miennes. (A y regarder de plus près, je me rends compte que le blogue en question est alimenté par plusieurs auteurs dont certains n’ont pas grand chose à envier aux auteurs du blogue cité en début de billet. L’auteur du billet sur Bozonnet utilise le pseudo Letel, s’il avait un fil RSS propre, je le mettrais dans mes signets Sage).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s