Mémoire, Istanbul (sous la Süleymaniye)

La Fabrique cercamondine

Des villes, je les porte en moi comme des dessins, des maquettes, réductions ou algorithmes, prêtes à s’ouvrir sous mon regard aveugle, mon aveugle regard vers le dedans, vers ce grenier de ma mémoire où il avance comme dans le faisceau étroit d’une lampe torche parce qu’il n’y a jamais été installé d’électricité. Villes qui sont là, dans le grenier obscur de ma mémoire, en attente de lumière, lumière du souvenir et de l’effort.

C’est presque rien d’abord, une rue qui monte du quartier du port vers le sommet de la colline où trône[1] la mosquée de Soliman. Et de là la rue descend (oui je la descend à présent) longe d’abord les murs de pierres grises bien coupées qui enferment telles ou telles dépendances de la mosquée et puis des magasins, des magasins et des entrepôts, parce que la rue passe en dessous du Grand Marché, et sur la…

View original post 757 mots de plus

Sebald (Austerlitz): parole, mémoire, écriture, langue

mrg | lettrure(s)

Austerlitz (traduction Patrick Charbonneau, Actes Sud, 2002)

parole

p. 18. J’ai d’emblée été étonné de la façon dont Austerlitz élaborait ses pensées en parlant, de voir comment à partir d’éléments en quelque sorte épars il parvenait à développer les phrases les plus équilibrées, comment, en transmettant oralement ses savoirs, il développait pas à pas une sorte de métaphysique de l’histoire et redonnait vie à la matière du souvenir.

mémoire

pp. 30/1. Même maintenant où je m’efforce de me souvenir, où j’ai repris le plan en forme de crabe de Breendonk et lis en légende les mots anciens bureau, imprimerie, baraquements, salle Jacques-Ochs, cachot, morgue, chambre des reliques et musée, l’obscurité ne se dissipe pas, elle ne fait que s’épaissir davantage si je songe combien peu nous sommes capables de retenir, si je songe à tout ce qui sombre dans l’oubli chaque fois qu’une vie s’éteint, si je songe que le…

View original post 572 mots de plus

Re-création et usure de la mémoire / Borges

Original Mythologies: interviews by Richard Burgin, from Conversations with Jorge Luis Borges (in Jorge Luis Borges: The Last Interview, p.25 / 250[1]

… Je me souviens que mon père m’a dit une fois quelque chose quant à la mémoire, un chose très triste. Il m’a dit: « Je pensais que je pouvais me rappeler mon enfance, quand nous vînmes à Buenos Aires, mais à présent je sais que je ne le peux pas. » J’ai dit: « Pourquoi? ». Il a dit: « Parce que je pense que la mémoire » – je ne sais pas si c’était sa propre théorie, j’étais si impressionné que je ne lui ai pas demandé s’il l’avait découverte lui-même ou s’il l’avait seulement élaboré dessus – mais il a dit: « Je pense que si je me rappelle quelque chose, par exemple su aujourd’hui je me retourne vers ce matin, j’obtiens alors une image de ce que j’ai vu ce matin. Mais si cette nuit je repense à ce matin, ce que je rappellerai alors effectivement, ce ne sera pas la première image mais la première image dans la mémoire. De sorte que chaque fois que je rappelle quelque chose, je ne me la rappelle pas vraiment, je rappelle la dernière fois que je me la suis rappelée, je me rappelle le dernier souvenir de cette chose. De sorte qu’en réalité » dit-il « je n’ai aucun souvenir, je n’ai aucune image de mon enfance, de ma jeunesse. » Et ensuite il m’a donné une illustration de ça, avec une pile de pièces de monnaie. Il a mis une pièce au-dessus l’autre et il a dit: « Bien, maintenant la première pièce, la pièce du dessous, ce serait la première image, par exemple, de la maison de mon enfance. Maintenant la seconde pièce serait un souvenir que j’avais de cette maison lorsque je suis allé à Buenos Aires. Puis la troisième, un nouveau souvenir et ainsi de suite. Et comme dans chaque souvenir il y a une légère distorsion, je ne suppose pas que mon souvenir d’aujourd’hui corresponde beaucoup aux premières images que j’ai reçues, de sorte que » dit-il « j’essaie de ne pas penser aux choses du passé parce que si je le fais, je me souviendrai de ces souvenirs et non des véritables images elles-mêmes. »

(ma traduction, le passage original infra)

Jorge_Luis_Borges_(crop)

Lire la suite

Les Savoirs de l’Ecriture en Grèce ancienne / Marcel Détienne et al.- PUL, 1988.

Recueil d’articles, dont un repris par Svenbro dans Phrasikleia.Introduction de Détienne:

p.10: Les américanistes qui analysent la civilisation des Andes nous découvrent l’existence dans l’ancien Pérou d’un Etat centralisé, avec une administration complexe, des capacités de compter, de mesurer, de calculer au point de faire non seulement des observations astronomiques mais de véritables théories (n1).
Parallèlement, un certian nombre d’indianistes, observant le caractère tardif des marques d’écriture – le IIIème siècle avant notre ère -, sont enclins à penser que l’ensemble des savoirs de l’Inde a été produit et transmis par la mémoire sans support graphique (n2).

n1: R. Tom Zuidema, « Bureaucracy and Systematic Knowledge in Andean Civilization », dans R.L. Rosaldo (éd.), The Inca and Aztec States, 1400-1800, New York, 1982, pp. 419-458.
n2: Frits Staal, The Science of ritual, Bhandarkar Oriental Research Institute, Poona, 1982
« The fidelity of oral tradition and the origins of science » (à paraître)
Ch. Malamoud, « Hiérarchie et technique. Observations sur l’écrit et l’oral dans l’Inde Brâhmanique », dans P. Achard, MP. Gruenais, D. Jaulin (éds.), Histoire et linguistique, Paris, MSH, 1985, pp. 115-122.

p. 13: Aucune réflexion sur l’écriture ne peut faire l’économie de sa relation au pouvoir politique, ni de sa fonction dans les structures de l’Etat. La manière grecque d’en user se goûte assurément mieux en compagnie d’autres, celles en particulier, familières aux civilisations du Proche-Orient, là où la souveraineté n’a jamais cessé d’être lettrée ni de faire grand cas de l’écriture dans la conduite des affaires.

Le grand style hittite, par exemple (n3). Un royaume d’abord modeste, des guerriers conquérants, ignorants et même indifférents à l’écriture fort prisée dans les administrations mésopotamiennes. Très vite, la centralisation devient urgente, et, devant la menace de voisins entreprenants – les Hurrites -, c’est, vers le XVIème siècle, le raid de Mursili. Bousculant les Mittaniens, poussant jusqu’à Babylone, et ramenant sur sa charrerie, avec le reste du butin, une école de scribes au complet. Des techniciens de l’écriture qui vont s’installer dans la capitale hittite, sous la surveillance du roi, l’appareil administratif, la chancellerie qui va moderniser l’Etat hittite, le rendre compétitif en face de ses rivaux et de leurs traditions scripturales. […] L’écriture et ses gens: les scribes aussitôt cloîtrés dans le palais royal.
En même temps, sur l’atelier des scribes et sur leurs maîtres temporels règne l’autorité absolue des dieux-scripteurs, les puissances divines qui ont imaginé les signes graphiques, dessiné le monde et écrit ses commencements immuables. De façon exemplaire, le hittite cunéiforme est un type d’écriture qui renforce le caractère monarchique de l’état, l’exercice solitaire et secret du pouvoir.

n3: E. Laroche, « Les Hittites, peuple à double écriture », dans L’écriture et la psychologie des peuples (Centre international de synthèse, XXIIème semaine), Paris, 1963, pp. 103-113.
cf. aussi: J.M. Durand, « Diffusion et pratiques des écritures cunéiformes au Proche-Orient ancien », dans A.M. Christin (éd.), L’Espace et la lettre, Paris, 1977, pp. 13-55.([93298)

// utilisation du linéaire B.