Hebel, voix lactée, distances

Kennen wir nicht Alle die Milchstraße, die wie ein breiter flatternder Gürtel den Himmel umwindet? Sie gleicht einem ewigen Nebelstreif, den eine schwache Helle durchschimmert. Aber durch die Gläser der Sternseher betrachtet, löset sich dieser ganze herrliche Lichtnebel in unzählige kleine Sterne auf, wie wenn man zum Fenster hinaus an den Berg schaut, und nur grüne Farbe sieht, aber schon durch ein gemeines Perspektiv erblickt man Baum an Baum, und Laub an Laub, und das Zählen läßt man auch bleiben.

Ne connaissons-nous pas tous la Voie Lactée qui entoure le ciel comme une large ceinture flottante? Elle semble un ruban de brume à travers quoi brille une pâle lumière. Mais observé à travers la lunette d’un astronome, toute cette splendide brume lumineuse se résout en d’innombrables petites étoiles, comme lorsqu’on regarde la montagne par la fenêtre et qu’on ne voit que de la couleur verte mais qu’avec une longue-vue ordinaire on distingue arbre sur arbre, et feuillage sur feuillage, et on renonce alors à compter.

« Die Fixsterne » (Schatzkästlein des rheinischen Hausfreundes, 1811), cité par W.G. Sebald dans « Es steht ein Komet am Himmel » (Logis in Einem Landhaus, 1998)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s