Lecture silencieuse (suite)

Idées qui me sont venues au Pailler: la parole elle-même n’a-t-elle pas subi le même sort que les techniques ultérieures de l’information? Au-delà du système idéologique synchronique, les dictons comme: « la parole est d’argent mais le silence est d’or » ou des expressions comme « belles paroles » ou « des actes pas des mots » ne garderaient-ils pas trace d’une dévalorisation initiale de la parole et ne procéderaient-ils pas d’une démarche analogue à celle du Platon du Phèdre?
M’est venu à réfléchir à l’articulation entre mon « article » et les réflexions de Dennett sur l’origine de la parole (apparition de la parole conditionnée par l’utilité de la tromperie).

Quant au lien entre la vocalisation et la nature de l’écriture (consonnantique, alphabétique ou idéogrammatique) il faudrait jeter un coup d’oeil sur ce qu’il en est en Chine. Au moins l’exemple des Chinois contemporains atteste qu’une écriture idéogrammatique n’est pas un obstacle à la lecture silencieuse. Idem pour les Arabes et l’écriture consonnatique.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s