Pétrone, Satiricon, 58, 7

Je n’ai pas appris la géométrie, la philologie et autres futilités absurdes, mais je sais lire les inscriptions lapidaires, je peux dire le centième selon le métal, le poids ou la somme. En somme, si tu veux, faisons une gageure, toi et moi, je te laisse le choix. Et bientôt tu sauras que ton père a perdu son argent avec toi, quand bien même tu connais la rhétorique.

Non didici geometrias, critica et alogas naenias, sed lapidarias litteras scio, partes centum dico ad aes, ad pondus, ad nummum. Ad summam, si quid vis, ego et tu sponsiunculam: exi, defero lamnam. Iam scies patrem tuum mercedes perdidisse, quamvis et rhetoricam scis.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s