Calena / Nové / Nadal (Luc, 2:8-14)

En complément du dernier Moulin à Paroles, j’avais envie hier d’ajouter deux versions du passage de Luc présenté par CJ: l’original (pour ce qu’on en sait) en grec et la version occitane. J’ai découvert alors qu’il est très difficile, voire impossible, de trouver sur Internet les évangiles (ni la Bible en général) en occitan (en tous cas je n’ai pas trouvé). Ce qui est très surprenant alors que la Bible est sans doute le texte le plus traduit au monde.

Faute d’une traduction du texte sacré, l’occitan, le provençal nommément, offre l’adaptation populaire du texte de Luc sous forme de chant de Noël. Chaque année me revient invinciblement « Pastres rintratz » que je chante à tue-tête, dans la voiture ou en marchant tous les 24 et 25 décembre, tel qu’il a été interprété par Montjòia dans les années 70. Je n’en connais pas l’origine exacte sinon que c’est un Noël provençal du 16e ou du 17e siècle.

Pastres, rintratz vòstrei tropèus

Pastres, rintratz vòstrei tropèus
E corrètz lèu en grand diligença
Per adorar la bèla naissença
D’aqueste enfant que vèn dau cèu.
Anirem toei d’aqueste pas
Fringar davans eu lei cinc pas.
Eu ei naissut dins Ventabren
Desmantelat come Romanhòla
Plorant caumatge subre la viòla
Dins una crupi sensa fen.
E tot çò que vautrei podretz
Per eu de boan cuer va faretz.
A costat sa maire veiretz
Lo boan José qu’ei lo sieu paire
L’ai e lo buòu de l’autre caire
Per vos mostrar çò que faretz.
Anirem toei d’aqueste pas
Fringar davans eu lei cinc pas
Alora anèm d’aqueste pas
L’adorar dintre sa logeta
E au son de nòstrei musetas
Fringar davans eu lei cinc pas
E tot çò que nautrei podrem
Per eu de boan cuer va farem.

Version grecque (les crochets correspondent à des variantes):

8. Καὶ [ἰδοὺ] ποιμένες ἦσαν ἐν τῇ χώρᾳ τῇ αὐτῇ ἀγραυλοῦντες καὶ φυλάσσοντες φυλακὰς τῆς νυκτὸς ἐπὶ τὴν ποίμνην αὐτῶν.
9. καὶ ἄγγελος κυρίου ἐπέστη αὐτοῖς καὶ δόξα κυρίου περιέλαμψεν αὐτούς, καὶ ἐφοβήθησαν φόβον μέγαν.
10. καὶ εἶπεν αὐτοῖς ὁ ἄγγελος, Μὴ φοβεῖσθε, ἰδοὺ γὰρ εὐαγγελίζομαι ὑμῖν χαρὰν μεγάλην ἥτις ἔσται παντὶ τῷ λαῷ,
11. ὅτι ἐτέχθη ὑμῖν σήμερον σωτὴρ ὅς ἐστιν Χριστὸς κύριος ἐν πόλει Δαυίδ·
12. καὶ τοῦτο ὑμῖν τὸ σημεῖον, εὑρήσετε βρέφος ἐσπαργανωμένον καὶ κείμενον ἐν φάτνῃ.
13. καὶ ἐξαίφνης ἐγένετο σὺν τῷ ἀγγέλῳ πλῆθος στρατιᾶς οὐρανίου αἰνούντων τὸν θεὸν καὶ λεγόντων,
14. Δόξα ἐν ὑψίστοις θεῷ καὶ ἐπὶ γῆς εἰρήνη ἐν ἀνθρώποις εὐδοκία[ς].

Et puis j’ai tout de même tenté une version occitane (tendance nissarde):

8. Et li avia dei pastres en aqueu pais qu’estavan per lu camps et velhavan li nuechs sus lu sieu tropeus.
9. Et, ve, un àngel dou Senhe apareguèt en elus et la gloria dou Senhe resplendiguèt tot entorn d’elus, et fogheron espaurugats d’una gran paur.
10. Et l’àngel diguet en elus: non aiguetz pas paur, veetz, que vi anonci bona nova d’una gran joia que serà per tot lo poble.
11. perqué v’es naissut anc’uei un sauvador, qu es Messìa Senhor, en la citat de David.
12. Et veici per vautre lo senhau: troberetz un bambin enfaissat et ajassat dins una grupia.
13. Et tot d’un cop foguèt m’au àngel una multituda de l’armada dou ceù que laudavan lo Diéu et diiàn:
14. Gloria en Diéu en lo soubran dei ceus et sus la terra patz en lu òmes m’au bon voler.

(Mon occitan n’est pas très solide et j’accueillerais toute correction ou suggestion avec reconnaissance. – màj: quelques corrections faites le 25 au soir.)

2 réflexions sur “Calena / Nové / Nadal (Luc, 2:8-14)

  1. Accepterais-tu que j’ajoute ta tradoc. occitane à la série des autres?
    Je n’ai pas trouvé non plus de tradoc. italienne dont il parût clairement qu’elle appartenait au domaine public.

    J'aime

  2. Les conditions de connexion à Ferrare n’étaient pas bonnes (trop cher) aussi je ne te réponds qu’au retour. Bien sûr, tu peux utiliser ma traduction, s’il est encore temps.
    Effectivement, pour l’italien, c’est un peu comme pour l’occitan (et plus surprenant encore). Ce n’est peut-être pas une coïncidence: terres catholiques, langues proches du latin et non coloniales. Le protestantisme cévenol aurait pu être l’occasion d’un traduction occitane de la Bible mais il semble que le protestantisme occitan a utilisé le français dès le départ et que le protestantisme a été un vecteur de francisation en Cévennes comme en Suisse.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s