Alberto Caiero, contre les poètes

Le clair de lune au travers des hautes branches
Tous les poètes disent qu’il est plus
Que le clair de lune à travers les hautes branches.

Alberto Caiero: O Guardador de rebanhos, XXXV:

O luar através dos altos ramos,
Dizem os poetas todos que ele é mais
Que o luar através dos altos ramos.

Mas para mim, que não sei o que penso,
O que o luar através dos altos ramos
É, além de ser
O luar através dos altos ramos,
É não ser mais
Que o luar através dos altos ramos.

Le clair de lune au travers des hautes branches
Tous les poètes disent qu’il est plus
Que le clair de lune à travers les hautes branches.

Mais pour moi, qui ne sais ce que je pense,

Ce qu’est le clair de lune à travers les hautes branches,
C’est, outre d’être
Le clair de lune à travers les hautes branches,
C’est n’être pas plus
Que le clair de lune à travers les hautes branches.

Une réflexion sur “Alberto Caiero, contre les poètes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s