Homère à Dallas / Florence Dupont.- Hachette, 1990

Essai contre l' »humanisme officiel », le « consensus pieux » de revalorisation de la lecture et du livre (Finkielkraut). Pour ça retrouver Homère, celui de l’oralité. Antifinalisme (la succession oralité-écriture n’est pas nécessaire).

Rappelle l’utilisation de l’écriture chez les Gaulois: « alphabet grec pour tenir leurs registres commerciaux et la poésie orale pour garder vivantes leurs épopées religieuses ».

Cercle vicieux: Homère n’est pas un « texte » fondateur, c’est un chant, et d’ailleurs ce que nous appelons « Homère » n’est pas ce chant mais un texte monté par les Grecs du 6e s. pour exporter leur culture. Ou argument du chaudron.

Et si nous pouvions nous reconnaître légitimement (en bien ou en mal) dans cette opération?

Autre cercle: commence par un éloge de la pratique concrète (banquets…) et du plaisir et finalement réduit Homère à l’opération de fixation du texte sans interroger le plaisir (illégitime?) que donne aujourd’hui encore ce texte.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s