Les Savoirs de l’Ecriture en Grèce ancienne / Marcel Détienne et al.- PUL, 1988.

Recueil d’articles, dont un repris par Svenbro dans Phrasikleia.Introduction de Détienne:

p.10: Les américanistes qui analysent la civilisation des Andes nous découvrent l’existence dans l’ancien Pérou d’un Etat centralisé, avec une administration complexe, des capacités de compter, de mesurer, de calculer au point de faire non seulement des observations astronomiques mais de véritables théories (n1).
Parallèlement, un certian nombre d’indianistes, observant le caractère tardif des marques d’écriture – le IIIème siècle avant notre ère -, sont enclins à penser que l’ensemble des savoirs de l’Inde a été produit et transmis par la mémoire sans support graphique (n2).

n1: R. Tom Zuidema, « Bureaucracy and Systematic Knowledge in Andean Civilization », dans R.L. Rosaldo (éd.), The Inca and Aztec States, 1400-1800, New York, 1982, pp. 419-458.
n2: Frits Staal, The Science of ritual, Bhandarkar Oriental Research Institute, Poona, 1982
« The fidelity of oral tradition and the origins of science » (à paraître)
Ch. Malamoud, « Hiérarchie et technique. Observations sur l’écrit et l’oral dans l’Inde Brâhmanique », dans P. Achard, MP. Gruenais, D. Jaulin (éds.), Histoire et linguistique, Paris, MSH, 1985, pp. 115-122.

p. 13: Aucune réflexion sur l’écriture ne peut faire l’économie de sa relation au pouvoir politique, ni de sa fonction dans les structures de l’Etat. La manière grecque d’en user se goûte assurément mieux en compagnie d’autres, celles en particulier, familières aux civilisations du Proche-Orient, là où la souveraineté n’a jamais cessé d’être lettrée ni de faire grand cas de l’écriture dans la conduite des affaires.

Le grand style hittite, par exemple (n3). Un royaume d’abord modeste, des guerriers conquérants, ignorants et même indifférents à l’écriture fort prisée dans les administrations mésopotamiennes. Très vite, la centralisation devient urgente, et, devant la menace de voisins entreprenants – les Hurrites -, c’est, vers le XVIème siècle, le raid de Mursili. Bousculant les Mittaniens, poussant jusqu’à Babylone, et ramenant sur sa charrerie, avec le reste du butin, une école de scribes au complet. Des techniciens de l’écriture qui vont s’installer dans la capitale hittite, sous la surveillance du roi, l’appareil administratif, la chancellerie qui va moderniser l’Etat hittite, le rendre compétitif en face de ses rivaux et de leurs traditions scripturales. […] L’écriture et ses gens: les scribes aussitôt cloîtrés dans le palais royal.
En même temps, sur l’atelier des scribes et sur leurs maîtres temporels règne l’autorité absolue des dieux-scripteurs, les puissances divines qui ont imaginé les signes graphiques, dessiné le monde et écrit ses commencements immuables. De façon exemplaire, le hittite cunéiforme est un type d’écriture qui renforce le caractère monarchique de l’état, l’exercice solitaire et secret du pouvoir.

n3: E. Laroche, « Les Hittites, peuple à double écriture », dans L’écriture et la psychologie des peuples (Centre international de synthèse, XXIIème semaine), Paris, 1963, pp. 103-113.
cf. aussi: J.M. Durand, « Diffusion et pratiques des écritures cunéiformes au Proche-Orient ancien », dans A.M. Christin (éd.), L’Espace et la lettre, Paris, 1977, pp. 13-55.([93298)

// utilisation du linéaire B.

Une réflexion sur “Les Savoirs de l’Ecriture en Grèce ancienne / Marcel Détienne et al.- PUL, 1988.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s