Carnets d’Afrique / Miquel Barcelò.- Le Promeneur, 2003

Carnets d’Afrique / Miquel Barcelò.- Le Promeneur, 2003. A cause de la cursivité des dessins et pour le début (plus que la 4ème de couverture, c’est l’incipit qui décide de mes achats):
Je suis à Gao et j’ai une maison sur le fleuve.
Le pire, c’était la traversée Alicante-Oran avec un bateau rempli d’Arabes dormant dans des couloirs pleins d’ordures et de vomi, sans restaurant, et avec une tempête dans la mer.
Non pour le sordide mais pour la justesse. M’a rappelé certaine traversée, je crois vers la Sardaigne, une nuit dormie sur le pont, à la dure, malgré le vent et l’humidité, à cause de l’odeur de vomi partout à l’intérieur du bateau.
La première phrase, je l’ai entendue en parallèle: « Je suis à Goa et j’ai une maison sur le fleuve. » Fantasme tissé de mémoire.

barcelo

(L’image est prise sur le site Cìrculo de lectores.)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s