Berenson: le paysage

le plaisir que nous donne le paysage réel n’est question d’oeil que de façon limitée; et, dans la plupart des cas, il s’accompagne d’un ressenti d’inhabituel bien-être. Le problème, pour le peintre, n’est pas purement de rendre les valeurs des objets visibles mais de nous donner, plus rapidement et infailliblement que ne le pourrait la nature, la conscience de ce bien-être extraordinaire.

I pittori italiani del Rinascimento / Bernard Berenson

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s