La surprise d’Augustin: argument

Il est un topos qui figure dans toute histoire de la lecture digne de ce nom, depuis qu’en … Nöldeke en fit l’invention, le récit que fait Augustin au livre 6 des Confessions de sa surprise lorsqu’il découvrit que l’évêque Ambroise lisait en silence. De cette surprise on tira que la lecture silencieuse était une invention tardive et qu’elle avait été ignorée de l’antiquité classique, grecque comme romaine.

Ainsi, entre l’invention de l’écriture et celle de l’imprimerie, la lecture silencieuse venait occuper sa place dans la série des inventions et mutations des technologies dont l’étude a pris récemmment le nom de médiologie. Il y avait dans ce type quelque chose de profondément satisfaisant pour les tendances intellectuelles du siècle dernier.

(dans l’avion)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s