Aristophane: Les Cavaliers, 115 sq. (trad. Alfonsi)

2D SERVITEUR [= Nicias]: Le Paphlagonien pétait si fort et ronflait si dur que je lui ai enlevé sans qu'il s'en aperçoive l'oracle sacré qu'il gardait avec tant de précautions.
1ER SERVITEUR [= Démosthène]: Ah! le débrouillard. Passe-le moi que je le lise. En attendant, dépêche-toi de me verser à boire. Or ça, qu'est-ce qu'il contient? Ah! ces prophéties! Passe-moi la coupe, passe-moi vite la coupe.
– Voilà. Que dit l'oracle?
– Verse-m'en une autre?
– C'est là ce qui s'y trouve écrit: Verse-m'en une autre?
– Oh Bacis!
– Mais qu'y a-t-il dans l'oracle?
– Vite, à boire!
– Bacis est très sec!
– Ah! Cochon de Paphlagonien, je comprends maintenant pourquoi tu cachais ces prophéties: c'est que tu avais peur de celle qui te concerne.
Νικίας
115
ὡς μεγάλ' ὁ Παφλαγὼν πέρδεται καὶ ῥέγκεται,
ὥστ' ἔλαθον αὐτὸν τὸν ἱερὸν χρησμὸν λαβών,
ὅνπερ μάλιστ' ἐφύλαττεν.
Δημοσθένης
ὠ̂ σοφώτατε.
φέρ' αὐτὸν ἵν' ἀναγνω̂: σὺ δ' ἔγχεον πιει̂ν
ἀνύσας τι. φέρ' ἴδω τί ἄρ' ἔνεστιν αὐτόθι.
120
ὠ̂ λόγια. δός μοι δὸς τὸ ποτήριον ταχύ.
Νικίας
ἰδού. τί φησ' ὁ χρησμός;
Δημοσθένης
ἑτέραν ἔγχεον.
Νικίας
ἐν τοι̂ς λογίοις ἔνεστιν ‘ἑτέραν ἔγχεον;’
Δημοσθένης
ὠ̂ Βάκι.
Νικίας
τί ἔστι;
Δημοσθένης
δὸς τὸ ποτήριον ταχύ.
Νικίας
πολλῳ̂ γ' ὁ Βάκις ἐχρη̂το τῳ̂ ποτηρίῳ.
Δημοσθένης
125
ὠ̂ μιαρὲ Παφλαγὼν ταυ̂τ' ἄρ' ἐφυλάττου πάλαι,
τὸν περὶ σεαυτου̂ χρησμὸν ὀρρωδω̂ν;
[…]
1ER S: L'oracle dit expressément que doit apparaître en premier lieu un marchand de filasse, lequel doit prendre en main les affaires de la cité.
2D S: Entendu pour le marchand. Et après? Je t'écoute.
[…]
2D S: Alors il était écrit qu'un marchand de cuir renverserait un marchand de moutons?
[…]
LE CHARCUTIER: Mais, mon bon, je n'ai pas fait ça d'études. Je connais mes lettres, et encore, tant bien que mal.
̓Αλλαντοπώλης
ἀλλ' ὠ̂γάθ' οὐδὲ μουσικὴν ἐπίσταμαι
πλὴν γραμμάτων, καὶ ταυ̂τα μέντοι κακὰ κακω̂ς.
[…]
LE C: Mais comment donc l'oracle s'exprime-t-il?
1ER S: Fort bien, je te le jure; en termes imagés, peut-on dire, et savamment énigmatiques:
"Quand prendra l'aigle-aux-peaux, à la serre en crochet,
[…]
Sauf si vendre boudins à iceux mieux complaît."
– Explique-moi comment cette prophétie me concerne.

Une réflexion sur “Aristophane: Les Cavaliers, 115 sq. (trad. Alfonsi)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s