Beaumarchais sur la suceptibilité musulmane (1781)

Pour mémoire, j’extrais cette citation d’un billet récent de Cerca blogue!.

Je broche une comédie dans les moeurs du sérail; auteur espagnol, je crois pouvoir y fronder Mahomet, sans scrupule: à l’instant, un envoyé… de je ne sais où se plaint que j’offense, dans mes vers, la Sublime Porte, la Perse, une partie de la presqu’île de l’Inde, toute l’Egypte, les royaumes de Barca, de Tripoli, de Tunis, d’Alger et de Maroc: et voilà ma comédie flambée, pour plaire aux princes mahométans, dont pas un, je crois, ne sait lire, et qui nous meurtrissent l’omoplate, en nous disant: « chiens de chrétiens »!

C’est tiré de la fameuse tirade de Figaro à l’acte 5, scène 3 du Mariage, celle où figure « vous vous êtes donnés la peine de naître, et rien de plus ». J’ai peut-être été inattentif mais je ne me souviens pas l’avoir entendue citer au moment de l’affaire des caricatures et il faut que je la trouve aujourd’hui sur le blogue d’un néo-con américain!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s