Découvertes tardives

Je découvre, tardivement, Michel Zink à écouter, par petits bouts, le soir avant de m’endormir la plupart du temps, ses conférences du collège de France sur le Graal. Je m’imaginais que ce serait une plongée érudite dans l’univers lointain et exotique du moyen-âge littéraire (où j’aime me promener de temps en temps, voire m’égarer) mais c’est autre chose que je trouve, une réflexion sur la mystique et son paradoxe. La question que se pose MZ est: « Comment se fait-il que les chevaliers du Graal se mettent en quête de celui-ci à partir du moment et seulement à partir du moment où ils l’ont déjà rencontré? » où il retrouve l’écho d’une aporie plus générale: « Tu ne Me chercherais pas si tu ne M’avais déjà trouvé. »

Et par l’intermédiaire de Michel Zink, je découvre, plus tardivement encore, parce que souventes fois rencontrée mais à chaque fois négligée, Simone Weil. Ce que je percevais chez elle de dolorisme, voire de masochisme, m’avait à chaque fois repoussé. A la citer longuement dans sa seconde conférence, MZ m’oblige à l’écouter puis à me renseigner plus précisément et ce que je découvre, pour l’instant par des pages de citations sur le web, me fiche un coup: l’intelligence, la justesse et la simplicité, l’actualité de ce que je lis, aussi de voir exprimer clairement des pensées qui en moi insistent depuis longtemps mais sous des formes confuses.

Une réflexion sur “Découvertes tardives

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s