Obama: Isra, miraj et Jérusalem dans le discours du Caire

On trouve dans la traduction française officielle du discours de Barack Obama au Caire, jeudi 4 juin dernier, un passage qui m’a semblé d’abord mystérieux:

où Jérusalem sera un lieu de résidence sur et permanent pour les Juifs, les Chrétiens et les Musulmans et un lieu où tous les enfants d’Abraham pourront se côtoyer dans la paix comme dans l’histoire d’Israh, (Applaudissements), – comme dans l’histoire d’Israh, de Moïse, de Jésus et de Mohammed (que la paix soit avec eux) unis dans la prière. (Applaudissements)

Qui donc est cet Israh que le président américain met sur un pied d’égalité avec Moïse, Jésus et Muhammad? Je suis allé voir dans l’original et je me suis rendu compte que le traducteur n’avait vraisemblablement pas compris Obama, faute d’une culture islamique suffisante (ce n’est pas le cas pour la traduction espagnole):

when Jerusalem is a secure and lasting home for Jews and Christians and Muslims, and a place for all of the children of Abraham to mingle peacefully together as in the story of Isra — (applause) — as in the story of Isra, when Moses, Jesus, and Mohammed, peace be upon them, joined in prayer. (Applause.)

Isra ou Israh (Isra’) n’est pas le nom d’un mystérieux prophète mais désigne le « voyage nocturne » du prophète de l’islam qui l’amena de La Mecque à Jérusalem (et c’est le nom de la sourate du Coran qui mentionne ce voyage). Ou plus exactement, dans le discours d’Obama, « the story of Isra » désigne ce que la tradition islamique appelle en arabe al-Isrâ’ wa-l mirâj, qui regroupe le voyage à Jérusalem et, depuis le lieu du Temple de Jérusalem, son ascension à travers les cieux jusqu’à la présence divine et au cours de laquelle il rencontre Moïse et Jésus. (On considère assez généralement que ce miraj, dont il a existé des récits traduits de l’arabe en langues romanes sous le titre de Livre de l’échelle de Mahomet, a été la source principale de la Divine Comédie de Dante.)

La référence est d’importance parce que c’est ce double voyage, dont la tradition islamique discute s’il s’est fait spirituellement, en rêve, ou physiquement, qui fonde le statut de Jérusalem comme second ou troisième lieu saint dans l’islam et donc l’attachement pour Al-Quds, Jérusalem, et les revendications qui s’ensuivent. Il y a ainsi, dans le discours d’Obama, par cette allusion en particulier, une reconnaissance de la légitimité de ces revendications. Mais il y a aussi, à l’intention des musulmans, un rappel de l’héritage judeo-chrétien de l’islam, de l’enracinement de l’islam dans la tradition biblique (voir la discussion récente ici), d’une dette, en somme, que l’extrémisme islamique voudrait oblitérer.

2 réflexions sur “Obama: Isra, miraj et Jérusalem dans le discours du Caire

  1. Bonjour,
    « Il y a ainsi, dans le discours d’Obama, par cette allusion en particulier, une reconnaissance de la légitimité de ces revendications. »

    C’est bien.. oui , pourquoi pas.. et il reconnaisse aussi le droit des juifs et des chrétiens.. comme les musulmans le font aussi.. la preuve quand l’islam est arrivé en Palestine, tout les juifs et les chrétiens qui ne se sont pas converti avec la majorité de la population ont eu tous leurs droits.. et ce n’est la peine d’évoquer les incidents mineurs..

    Enfin, de votre côté, est ce que vous n’êtes pas d’accords qu’obama reconnaisse la légitimité des revendications des musulmans ? Est-ce que vous vous contentez de rapporter l’information tout en restant neutre, ou est-ce que vous voulez dire haut et fort, « mais il est entrain de dire quoi ce président ?!!! »

    De toute façon merci pour cet article, moi aussi m’a attiré le mot « Israa » dans le discours d’Obama et j’ai eu votre site dans le 1er résultat renvoyé par Google. Bizarre que ça n’ait pas soulevé une grande polémique ! comme d’habitude..

    J'aime

  2. Oui, avant de rédiger mon billet j’ai fait des recherches, en me disant qu’il était impossible que cette erreur (ou maladresse pour le moins) de traduction n’ait pas été relevée ailleurs. Et je n’ai rien trouvé.

    Pourquoi pas plus d’écho. Il me semble qu’il y a deux raisons: d’abord que ce n’est que la traduction française qui est fautive (j’ai vérifié sur la traduction espagnole), et ensuite parce qu’en France la lecture et l’interprétation du discours d’Obama est restée enfermée dans le cadre étroit des débats idéologiques nationaux, sur la question du voile par exemple. Ces réactions ont été pour la plupart, avec plus ou moins de précautions, critiques et donneuses de leçons. Il est un peu ridicule et pathétique de voir nos intellectuels reprocher au président américain son ignorance (sur la laïcité, sur la multiplicité du « monde musulman »…) et faire preuve eux-mêmes d’une telle ignorance et d’un tel manque de curiosité quant à la culture musulmane.

    Quant à mon propre point de vue, il n’a pas beaucoup d’intérêt. Mon souci n’est pas tant de promouvoir tel ou tel point de vue mais de participer, dans la faible mesure de mes forces, à la lutte contre l’ignorance et ses conséquences, en particulier s’agissant de l’islam, et contre les entreprises idéologiques qui poussent au conflits identitaires.

    (Et oui, le discours du Caire m’a plutôt enthousiasmé.)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s